Zoom sur … l’Olympus OM-10

Fin février 2019 Olympus fêtera son 100ème anniversaire ! Pour l’occasion, la marque a annoncé la sortie de la version silver du OM-D E-M1 Mark II ! Puisque j’ai moi aussi envie de fêter cet anniversaire comme il se doit, je vais vous faire découvrir un boitier argentique de la marque : le OM-10, mon chouchou du moment !

Olympus OM-10

 Mon histoire avec ce boîtier a commencé d’une manière très singulière : je l’ai trouvé en me baladant sur la plage, abandonné sur un rocher, en piteux état. Avec mon âme de collectionneuse de boitiers anciens, j’ai décidé de le prendre avec moi pour le ramener à la vie. Après l’avoir bichonné, je l’ai testé et surprise, il fonctionnait ! Avec un objectif 50 mm, il est plutôt petit, discret et pas trop lourd. Parfait pour un appareil de tous les jours ! Mais entre fonctionner mécaniquement parlant et fonctionner dans les faits il y a une grosse différence. Il faut donc tester tout ce qu’il est possible de teste.

Avant de l’allumer j’ai voulu insérer une pellicule (c’est un appareil argentique donc sans pellicule il n’est pas très utile… à moins d’en faire un presse papier !). Pour ce faire il faut ouvrir le capot arrière en tirant délicatement vers le haut la manivelle de rembobinage. C’est à ce moment que je me suis aperçue que le commutateur marche-arrêt était trop souple, ce qui laissait présager que le boîtier allait s’allumer et s’éteindre de manière intempestive… Après avoir refermé le boîtier et j’ai armé plusieurs fois la gâchette de l’appareil pour que la pellicule soit placée au niveau de la vue n°1. Celle-ci s’affiche sur le compteur de vue (à droite de la gâchette d’armement), qui n’est pas très clair mais suffisant pour qu’on sache à quelle position de la pellicule on se trouve. Une fois la pellicule choisie et installée il ne faut surtout pas oublier de régler les ISO sur le boîtier grâce à la bague située au-dessus du sélecteur de mode.

D’ailleurs, parlons-en un peu, cet appareil possède 3 modes :

  • Le mode Auto qui est en réalité un mode semi automatique priorité a l’ouverture.  » Semi automatique priorité à l’ouverture ?! Mais qu’est que c’est que ce charabia ? » me direz vous.  Pour régler un appareil photo il faut trois paramètres : les ISO, l’ouverture du diaphragme et la vitesse d’obturation. Deux entre eux sont à régler manuellement tandis que le 3ème est calculé grâce à la cellule photographique intégrée. Les ISO sont déterminés par la pellicule choisie. Puisque le mode est priorité à l’ouverture du diaphragme, c’est ce paramètre qu’il faut régler manuellement. La vitesse sera donc automatiquement déterminée par la cellule.
Bargraphe d’exposition de l’OM-10
  •  Le mode B, dit « bulb », qui consiste à gérer le temps de prise de vue en restant appuyé sur le déclencheur afin de permettre des poses longues.  Cette curieuse appellation vient de l’accessoire originel qui servait à garder la fenêtre de l’obturateur ouvert. C’est ce qu’on appelle une poire/valve en français mais qui se dit « bulb » (ampoule) en anglais. Faire des poses longues en gardant l’obturateur ouvert est utile notamment pour faire des photos de nuit, des filés (photo où l’on ne voit que les lumières des voitures sur une route), du light painting ou encore des photos avec du flou de mouvement…
Poire de déclenchement (source : blog.photo24.fr)
  • Le mode le manuel adapté qui permet de régler les trois paramètres de façon manuelle. Ce mode nécessite un petit accessoire : un adaptateur manuel qui se connecte avec une prise jack sur le devant du boîtier, à gauche de l’objectif. Par chance le boîtier que j’ai trouvé en possédait un.
Adaptateur Manuel OM-10

 

Au cours de cette découverte du boitier, j’ai eu quelques frayeurs. La première car le miroir s’arrêtait à mi-course après la prise de vue lors des premiers déclenchements. Après quelques vérifications, je me suis aperçue qu’il y avait une pile (LR44) et qu’elle avait certainement besoin d’être changée. Ces piles sont évidemment peu courantes (sinon ça serait trop facile !) mais une fois trouvée et changée, le miroir fonctionnait correctement. La deuxième, lorsque le bargraphe (instrument indiquant la vitesse dans le viseur) ne s’est pas allumé alors que le boitier était sur « on ». J’ai donc vérifié la pile en poussant le commutateur on/off jusqu’à la position « check » et le boitier s’est mis à bipper. La pile était donc fonctionnelle. Après plusieurs tentatives, le bargraphe s’est enfin allumé. Comme je le craignais, mon commutateur trop souple allait me faire des misères j’étais trop heureuse pour y penser car mon nouveau joujou était enfin prêt à me suivre partout !

Après une semaine dans mon sac à shooter une fois de temps en temps sans souci, les problèmes ont commencé ! Dès que j’armais la pellicule, je l’entendais craquer, se déchirer. J’ai donc décidé de la rembobiner et de la changer. La deuxième pellicule n’avait semble-t-il aucun problème jusqu’à ce que je me rende compte que j’avais sûrement dépasser depuis longtemps les 36 poses… Le compteur de vue était en effet revenu à 0 sans que je m’en aperçoive mais je pouvais toujours actionner la gâchette d’armement. En voulant rembobiner j’ai constaté que je tournai dans le vide : le film s’était désolidarisé de sa bobine. J’ai tout de même pu sortir et développer ma deuxième pellicule. J’ai pu constater qu’il y avait un léger voile sur mes photos. Mauvaise nouvelle… il y a probablement des fuites de lumière dans mon boîtier… Malgré tout je l’aime beaucoup donc je décide de lui donner une autre chance en espérant que le problème venait de pellicules défectueuses. Sans résultat.

Puisque j’adorais ce boitier et que j’étais vraiment triste de ne plus pouvoir l’utiliser, j’ai décidé d’en commander un à Papa Noël ! Gros défi, puisque si ce boitier est facilement trouvable en occasion, peu de modèles fonctionnent ! Mais défi relevé en fin de compte pour mon plus grand plaisir !

Un voyage et quatre pellicules plus tard ! Je peux vous affirmer que j’adooooore ce boîtier !

Je n’ai pas encore pu développer les photos que j’ai faite avec mon deuxième Olympus OM-10 mais voici une courte série de photos que j’ai réalisée avec le premier boîtier ! Les fuites de lumière apportent un effet voilé, laiteux qui donne l’impression de photos prises il y longtemps.

 A très vite pour d’autres séries et de nouvelles aventures avec ce nouveau boîtier !

Une réflexion sur “Zoom sur … l’Olympus OM-10

Laisser un commentaire