Zoom sur … le Kodak Brownie Junior Six-20

Lors d’un week-end chez mes grands-parents j’ai rencontré un petit bijou que je souhaite vous présenter. D’après ma grand-mère, cet appareil a une centaine d’année et appartenait à un de ses cousins. Il avait été soigneusement rangé mais avait finalement été oublié au fond d’une armoire. Cela aurait pu être une triste fin pour ce petit appareil mais heureusement il fut retrouvé par hasard il y a quelques semaines ! Il était dans un état assez catastrophique, mais pas question de renoncer à le tester ! Je l’ai donc bichonné pour lui redonner sa gloire d’antan.

Lorsque je l’ai vu pour la première fois ce boîtier m’a intriguée. Une boîte rectangulaire avec un objectif, un semblant de manivelle, un petit loquet et deux viseurs. D’ailleurs, l’un des deux viseurs semblait cassé. Afin de savoir à qui j’avais à faire, j’ai cherché une inscription. Rechercher des informations sur un boitier inconnu est en effet la première chose à faire pour éviter les bêtises. Par chance, sous la poussière, les inscriptions étaient plutôt claires et j’ai pu découvrir son nom : le Brownie junior six-20.

Puisque je suis une « digital native » je cherche toujours s’il existe des informations historiques sur le site Collection Appareils. J‘ai découvert que ce boitier de chez Kodak avait été produit à New York, dans les années 30. Le système mécanique et la partie avant, qui accueille l’objectif, sont fabriqués en aluminium. La boîte qui permet l’étanchéite à la lumière est quant à elle faite en et bois reconstitué et recouverte de moleskine. Après en avoir appris un peu plus sur ses origines, il s’agit maintenant de comprendre son fonctionnement.

En navigant sur internet j’ai découvert un nouveau site que je ne connaissais pas, dans lequel sont répertoriées un grand nombre de notices d’utilisation : Central Manuels. Une vraie mine d’or ! J’y ai trouvée la notice du boîtier qui nous intéresse aujourd’hui (vous pourrez la retrouver ici). Après avoir bien étudié cette notice, j’ai compris comment ouvrir le Brownie junior six-20. Malheureusement, avec les années, l’humidité a créé de la rouille et il ne voulait pas s’ouvrir. J’ai finalement forcé un peu et après plusieurs tentatives, il a bien voulu me révéler ses secrets.  À mon grand étonnement il restait une pellicule à l’intérieur. Elle était sèche et friable ce qui signifie qu’elle devait être là depuis très longtemps. Celle-ci ressemblait à une pellicule au format 120, mais il était indiqué que les pellicules à utiliser pour ce boîtier étaient des 620. Évidemment, Kodak a stoppé leur production et il n’en existe plus aujourd’hui… Pourtant, en étant un peu maligne, j’ai réussi à trouver une pellicule adéquate ! La seule différence entre les pellicules 120 et 620 est en fait la taille de la bobine. Il suffit donc de transférer le film d’une pellicule 120 sur la bobine d’une pellicule 620. (Vous trouverez un tutoriel pour faire cette manipulation à cette adresse : lien du tuto). L’inconvénient de cette technique est qu’il faut posséder une paire de bobines au bon format. Le fait qu’il restait une pellicule dans le boitier m’a donc rendu un grand service : je les ai récupérées et j’ai transféré une pellicule 120 dessus. Petit conseil d’ami : si vous faites développer vos pellicules, n’oubliez pas de préciser que vous souhaitez récupérer la bobine sinon elle sera perdue et vous ne pourrez plus utiliser votre boîtier !

Après un bon nettoyage et quelques coups de papier à poncer je décide de tester la bête malgré la rouille toujours un peu présente. Après tout, les accidents font les meilleures photos ! La rouille pourrait leur apporter un style ?

Ce boîtier est très troublant à utiliser : pas de choix pour la vitesse (à priori déterminée à 1/50ème de seconde) hormis si on utilise le mode B grâce à un petit loquet qui permet de maintenir le diaphragme ouvert (Si vous voulez savoir ce qu’est le mode B, je vous invite à lire mon Zoom sur … l’Olympus OM-10 dans lequel tout est expliqué) . Il y a deux tailles de diaphragme à notre disposition mais je ne connais pas la valeur exacte de ceux-ci et cela rend la tâche compliqué pour ceux qui ont appris à déterminer les paramètres de réglage avec des valeurs précises. Pour palier ces inconnues, je me suis référée au manuel dans lequel il y a un guide d’exposition qui est très bien fait mais auquel je n’ai pas encore tout compris.

Malgré toutes ces incertitudes je me suis lancée dans la prise de vue. J’ai décidé de rester à la plus grande ouverture de diaphragme et à la vitesse imposée avec une pellicule 400 ISO. Première impression : on prend une photo sans s’en rendre compte ! Il n’y pas de bruit du au déclencheur et tout est très rapide car il n’y a pas de réglage à faire. Ce n’est pas désagréable mais c’est déstabilisant. Question ergonomie, le déclencheur n’est pas très pratique et la manivelle pour changer de vue fait mal aux doigts, surtout à cause de la rouille qui provoque de la résistance.

J’ai finalement pu réaliser 8 images seulement car il m’était impossible de changer de vue après la 8ème photo. J’ai choisi de prendre différentes conditions d’éclairage pour me permettre de comprendre un peu mieux quelles sont les conditions optimales pour faire des photos correctement exposées avec cet appareil.

Après le développement, le résultat m’a surprise ! Toute la pellicule était plutôt bien exposée malgré deux photos qui semblaient légèrement cramées (surexposition de la pellicule qui détruit la matière). Je sais désormais pour quelle raison je n’ai pu faire que 8 photos : elles sont presque deux fois plus grandes que des photos au format 120 ! Après avoir scanné les images, je me suis rendu compte que toutes les images étaient griffées de manière régulière sur toute la largeur et la longueur, sûrement à cause de la rouille. Le côté droit de la pellicule était quant-à lui griffé tout du long également.

Les griffures sur le noir et blanc apportent un côté fantomatique aux images, comme sur un vieux film, et cela me plait beaucoup. Je suis plutôt contente de ce premier essai et j’ai déjà prévu de réutiliser le Brownie Junior Six-20 pour réaliser une commande de l’école qui fera l’objet d’un prochain article !

 

3 réflexions sur “Zoom sur … le Kodak Brownie Junior Six-20

Laisser un commentaire