Une histoire de réflexion

Après vous avoir expliqué la technique photo pour shooter la matière  dans mon article De toutes les matières, c’est la cosmétique que je préfère, je voulais revenir sur un autre aspect essentiel des photos de packshot. Pour rappel, le packshot ou photo produit, est un cliché de haute qualité sur fond neutre, le plus souvent blanc, utilisé à des fins commerciales ; notamment pour illustrer un produit dans un catalogue ou sur un site internet. Ce type de photo se distingue des autres par sa réalisation soignée : les ombres sont maitrisées, la netteté est à son maximum et les reflets sont parfaits. Enfin ils sont censé l’être… Malheureusement ils sont souvent réalisés en post-production et donc inadaptés ! Voici quelques exemples :

Tout d’abord, revenons sur la définition même du reflet : un reflet est la copie exacte d’un objet, renvoyée par une surface. Pour qu’un reflet soit réaliste, il faut une ombre de contact entre l’objet et la surface sur laquelle il est posé. Le reflet doit être sur un plan de symétrie horizontal et doit toucher l’objet en tout point à sa base.

Pour réaliser un reflet en packshot directement lors de la prise de vue, il faut installer un fond blanc en cyclo, c’est-à-dire un fond blanc tiré de manière à ce qu’il soit parfaitement lisse et qu’il n’y ait pas de démarcation visible entre la partie posée et la partie suspendue. On dépose ensuite une plaque de verre sur la partie posée du fond blanc pour servir de support à l’objet. Afin d’éviter les doubles reflets, je vous conseille d’utiliser un vitrage simple. Ensuite, on installe l’objet à photographier et les lumières en essayant de ne pas les diriger directement sur la plaque de verre pour prévenir les taches de lumière. Le fait de shooter directement l’ombre plutôt que de la reconstruire en post-production permet d’avoir un rendu adapté. Le point d’attention fondamental de cette technique photo est la lumière : on ne doit percevoir qu’une seule ombre sur la photo malgré les nombreux éclairages pour mettre en valeur les différents éléments du produit. Par ailleurs, il faut veiller à ce que l’ombre soit la moins présente possible, car plus elle est douce et petite moins on ne s’attarde dessus !

La post-production est primordiale en photo de packshot car c’est un type de photo qui doit être proche de la perfection. Il faudra donc passer du temps à retoucher les petits défauts tels que les poussières, les tâches, les griffures etc. Ensuite, il faudra enlever les parties visibles de la plaque de verre ainsi que les éléments servant à faire tenir l’objet dans la position voulue. Afin d’accrocher le regard du spectateur sur l’objet et non sur le reflet, il peut être nécessaire d’atténuer et de flouter ce-dernier. Personnellement j’aime créer un dégradé léger de la partie la plus lointaine de l’objet vers sa base. La partie du reflet qui est en contact avec l’objet est assez opaque tandis que la partie la plus éloignée disparaît. Il faut être attentif à bien faire les mêmes retouches sur l’objet et sur le reflet : si on redresse une couture ou qu’on supprime un défaut sur l’objet il faut également le faire sur le reflet pour éviter les incohérences. Comme dit plus haut dans la définition : le reflet doit être identique à l’objet !

Je vous ai présenté ici le produit d’une manière technique avec la photo packshot, mais un produit peut également être mis en avant avec des photos lifestyle pour permettre au client potentiel de se projeter avec le produit. Vous découvrirez donc cette série sous peu sur mon instagram et sur mon blog 😉

Laisser un commentaire