Les noirs secrets du Low Key

Je vous avais présenté il y a quelques temps une photo High Key et je vous avais promis de vous montrer son sombre pendant. Voici donc comment réaliser un Low Key !

La photo low key est une photo à dominantes sombres sans que les noirs ne soient bouchés. Puisque j’utilise un vocabulaire technique, j’imagine que des définitions sont nécessaires :

  • « Low key ligthing » peut se traduire par « lumière à niveau faible » : expression évocatrice mais peu sexy qui explique que l’anglicisme ait été conservé.
  • « La sous-exposition se produit quand le film (ou le capteur) reçoit trop peu de lumière, ce qui donne des images numériques, des tirages ou des diapositives foncés et une réduction des contrastes » John Edgecoe – La photographie
  • « Boucher » une photo signifie qu’il n’y a plus aucun détail dans le noir, ce n’est plus qu’un aplat.

Réaliser une photo en low key nécessite une maitrise de l’éclairage et une bonne connaissance de l’interprétation des histogrammes. Il faut mettre en place un éclairage permettant d’avoir beaucoup de contrastes entre les tons clairs et les ombres. Les contre-jours et les lumières rasantes sont plutôt appréciés pour cela. Pour ce genre de photo il ne faut pas beaucoup de lumière, une seule suffit en général. Différents modeleurs vous permettront de ne pas inonder la scène de lumière. Il est également important d’utiliser des réflecteurs afin de déboucher légèrement le côté de l’élément photographié qui se trouve dans l’ombre. Petite astuce : les morceaux de carton plume font de très bon réflecteurs !

Après avoir shooté une photo test, il faut en regarder l’histogramme. L’histogramme d’une photo low key est une courbe ascendante à gauche qui ne doit pas être écrasée sur la droite ce qui signifierait qu’il n’y ait pas d’information dans les noirs car ils seraient « bouchés ».

La composition d’une photo low key est généralement très simple, c’est l’éclairage qui fait le plus gros du rendu. Plus il y a d’éléments sur la photos plus il est compliqué de gérer toutes les ombres pour éviter que celles-ci ne soient « bouchées ». Pour ma photo, j’ai choisi de prendre uniquement une bouteille de parfum. Comme cette bouteille est transparente j’ai dû utiliser deux flash. Le premier était surmonté d’un bol, sur lequel j’ai ajouté un nid d’abeilles qui permet de concentrer encore plus la lumière du bol. Il en existe de différentes tailles mais l’important est de savoir que plus les trous du nid d’abeilles sont rapprochés plus la source de lumière est concentrée. Cet éclairage est placé en contre-jour, c’est-à-dire derrière le produit. Il faut faire attention à ce qu’il ne soit pas placé trop bas pour éviter les lumières parasites dans l’objectif. Il faut donc le placer légèrement en plongée. Le deuxième flash était posé latéralement à la bouteille pour en dessiner les côtés. Face à cet éclairage j’ai placé un réflecteur pour souligner le côté du parfum non éclairé par le flash. J’ai également placé un réflecteur devant le parfum pour faire ressortir les écritures. Dernière astuce, afin de ne pas éclairer le « sol » et ainsi faire ressortir une différence de couleur dans les teintes sombres, j’ai surélevé la bouteille de parfum grâce à un support.

Je n’ai pas eu beaucoup de travail de post-production : j’ai nettoyé quelques imperfections sur l’image et supprimé le support qui me permettait de surélever le parfum.

Voici ma photo finale :

Finalement, qu’est-ce qui a votre préférence : le high key ou le low key ?

Laisser un commentaire