« Again and again » – Stéphane Duroy

again-and-again-duroy.jpg

L’exposition « Again and again » a été organisée à l’occasion du Mois de la photo du Grand Paris 2017 au BAL. Elle regroupe plusieurs extraits des travaux de Duroy sur le thème des clivages sociaux. Ce thème très engagé est pertinent dans le contexte politique actuel de tensions concernant l’immigration et le rêve américain.

L’exposition est installée dans deux salles, la première est consacrée à ses voyages en Europe de l’ouest et la seconde à l’Amérique. Les premiers extraits que nous voyons ne sont pratiquement que des paysages. La deuxième série montre plutôt des personnes.

Dans la première salle, les photos sont disposées en mosaïque, certaines photos sont très grandes et d’autre plus petites. Cette disposition rend la salle très grande et très froide, ce qui contraste beaucoup avec l’univers très vivant et émotionnel des photos. D’un autre côté, cette ambiance austère renforce le sentiment de détresse et de traumatisme que les populations ont pu ressentir à cette époque de « l’Europe du silence ».  Les murs de cette salle sont recouverts d’un papier peint gris à motifs vintages qui nous donne l’impression de rentrer chez quelqu’un, comme une invitation à entrer dans l’intimité des victimes.

La deuxième partie de l’exposition présente surtout l’Amérique, le pays où les exilés de guerre se sont rendus pour trouver un nouvel avenir. Cette pièce est totalement différente de la  première, elle est très chargée et très sombre. On s’y sent comme oppressé par la foule trop nombreuse arrivée par bateau. La disposition est très dynamique et non conventionnelle. Duroy a en fait retravaillé son exposition en retouchant les œuvres présentées devant les visiteurs le 29 mars pour rendre les images plus réelles. Les photos sont par exemple taguées comme dans les rues. Dans cette salle, sur les murs se trouvent de grandes photos superposées qui parlent de l’exil. Au milieu de la salle se trouvent des  présentoirs, sur ceux-ci se trouvent plusieurs livres. En réalité il s’agit du même livre de Duroy exposé plusieurs fois mais systématiquement retravaillé différemment avec des collages, des mots, de la peinture. La disposition de ces présentoirs forme une flèche ou un chemin vers un mur avec un grand drapeau des Etats-Unis déchiré, symbolisant la mort du rêve américain.

 

En sortant de cette exposition j’étais tiraillée entre deux sentiments :

  • D’un côté, celui d’avoir fait un bond dans le temps et d’avoir vraiment été dans ces années sombres, grâce à la scénographie particulière, ces photos très intimes et les interventions qui font évoluer sont œuvre
  • De l’autre celui de la frustration de ne pas avoir totalement saisi son concept de l’épuisement de l’image, qui manque d’explications

 

«Nous, les Européens, avons construit le rêve américain, cette illusion monumentale à laquelle chacun de nous fait semblant de croire.» S. Duroy

gifexpoevolutivesite

http://www.le-bal.fr/2016/12/stephane-duroy

Laisser un commentaire