A la manière de … Lise Sarfati

Lise Sarfati est une photographe française qui a réalisé six grande séries : Post Factum, Acta est, Rough, Cold and Close : a Russian Poem, The New Life, Austin – Texas et On Hollywood. Ces œuvres sont toutes reliées par la même recherche artistique qui met en relation les lieux et les personnes.

The New life (2003) qui représente des adolescents de la classe moyenne américaine seuls dans leur univers. Cette série est un questionnement sur le vide : le décalage et le flottement qui sont des sentiments propres à l’adolescence. La sélection des personnages qu’elle opère lui permet de ne pas faire de mise en scène et donc de saisir le moment où les adolescents se perdent dans leur univers avec une émotion intacte.

Le vide est souvent présent dans ces photos, comme dans la série Post Factum (date) qui illustre l’appartement vide, mais non sans vie, de Marguerite Duras après son décès. Le vide apparait parfois de manière très subtile : même lorsqu’il y a des personnages, il se fait sentir par les expressions faciales de ceux-ci ou au travers du décor souvent très épurée ou surchargé mais toujours figé.

Pour revisiter le travail de Lise Sarfati, j’ai choisi de réaliser un diptyque composé d’un portrait et d’une nature morte. La première photo pourrait faire partie de The New Life tandis que la seconde est assimilable à Post Factum. Les deux photos dialoguent entre elles et rendent encore plus visible la ligne conductrice de l’œuvre de Sarfati : le vide qui n’est pas forcément où on pourrait le croire.

 

Laisser un commentaire